Malgré les signes d’un certain ralentissement de la mondialisation en 2015-17, la place des firmes multinationales dans l’activité économique française, et dans l’industrie en particulier, est de plus en plus importante. Christian Palloix analyse les conditions organisationnelles et institutionnelles leur permettant de déployer des stratégies de prédation concernant les richesses produites au niveau de leurs filiales qui en sont dépossédées (R&D, marques…). Le tissu économique et les collectifs de travail subissent de plein fouet l’impact des chaînes de valeur globale et des transferts de valeur organisés en leur sein.

Vous êtes bien abonné à notre newsletter.